Accéder à mon espace | Nous contacter | Espace presse | S'abonner au Flash Email | Adhérer à la SFSP

 

Prise en charge des infections sexuellement transmissibles dans les pharmacies privées à Hanoi

Résumé en Français

Objectif : Cette étude transversale avec analyse quantitative et qualitative des pratiques avait pour objectifs d’évaluer la qualité et la pertinence de la prise en charge des infections sexuellement transmissibles (IST) par approche syndromique dans les pharmacies privées à Hanoi en 2010 comparativement à une étude similaire de l’année 2000. Méthodes : Un enquêteur unique a joué le rôle d’un client présentant des signes d’IST. Il a visité 60 pharmacies privées tirées au sort à Hanoi et noté les traitements, questions et conseils des pharmaciens. Résultats : Ils ont montré que 87 % des écoulements urétraux et 30 % des ulcérations génitales se sont vus proposer un traitement. Aucune question n’a été posée au patient dans 55 % des cas. Aucune des prescriptions n’était conforme aux recommandations nationales. Relativement au conjoint/partenaire, seuls 8,3 % des pharmaciens/vendeurs ont posé des questions au « patient » et 20 % lui ont donné des conseils (26,6 % de conseils d’utiliser les condoms et un seul de faire un test de dépistage du VIH). Voir un médecin n’a été recommandé que par 43,3 % des P/V, consulter au service spécialisé en IST n’a été conseillé que dans 16,7 % des cas. Conclusions : En dix ans (2000-2010), les comportements des pharmaciens/vendeurs du secteur privé de Hanoi n’ont pas changé. Ils traitent facilement les IST et de façon inappropriée, donnent peu de conseils de prévention, de dépistage et de traitement. à l’ère de la pandémie de VIH et de la résistance microbienne aux antibiotiques, il faut recommander que les IST soient prises en charge par des services publics compétents.

English abstract

Aim: This cross-sectional study comprising quantitative and qualitative analysis of clinical practices was designed to evaluate the quality and relevance of management of sexually transmitted infections (STI) based on a syndrome approach by private pharmacies in Hanoi in 2010 compared to a similar study conducted in 2000. Methods: One investigator played the role of a customer presenting signs of STI. He visited 60 randomly selected private pharmacies in Hanoi and noted the treatments, questions and advice provided by pharmacists. Results: The results show that pharmacists proposed a treatment for 87% of cases of urethral discharge and 30% of cases of genital ulcers. The patient was not asked any questions in 55% of cases. None of the prescriptions complied with national guidelines. Only 8.3% of pharmacists/shop assistants asked the “patient” questions concerning the spouse/partner and 20% provided advice (the use of condoms in 26.6% of cases and a screening test for HIV in only one case). Pharmacists/shop assistants recommended consulting a doctor in only 43.3% of cases or a specialized STI clinic in only 16.7% of cases. Conclusion: The behaviour of private pharmacists/shop assistants in Hanoi have not changed over the last ten years (2000- 2010). They readily treat STI inappropriately and provide little advice concerning prevention, screening and treatment. In the age of the HIV pandemic and microbial resistance to antibiotics, patients with STI should be advised to seek management by competent public services.

Santé publique n°4, juillet-août 2014 | p. 491 à 498 | publié le 8 octobre 2014

ACTUALITÉ

 x 

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites.