Accéder à mon espace | Nous contacter | Espace presse | S'abonner au Flash Email | Adhérer à la SFSP

 

Connaissance de l'hépatite virale B par les élèves des écoles secondaires en Côte d'Ivoire

Résumé en Français

Objectif : évaluer la connaissance de l’hépatite virale B chez les élèves du second cycle dans les établissements secondaires en Côte d’Ivoire, en vue de proposer son introduction dans les programmes scolaires.
Matériels et méthode : étude transversale à passage unique portant sur six établissements (7376 élèves). Le recueil des paramètres étudiés a été fait au moyen d’un questionnaire auto-administré.
Résultats : tous les élèves présents le jour du passage ont accepté de participer à l’étude (100 % ; n=3352). Leur moyenne d’âge était de 17,9 ans (écart-type 1,924) avec un sex ratio H/F de 1,68. Parmi eux, 2552 (76,6 %) avaient entendu parler de l’hépatite virale B. L’école représentait la deuxième source d’information (12 %), après les medias (62 %). L’agent causal était connu par 2484 élèves (74,1 %), la transmission sexuelle par 39,3 % (n=1316), sanguine par 57,2 % (n=1919). Respectivement 29 %, 40 % et 41 % des élèves savaient que l’acupuncture, le piercing et les tatouages étaient des pratiques à risque. Seuls 35,7 % des élèves savaient qu’il existait un vaccin efficace. Les facteurs associés à la connaissance de l’hépatite B étaient : âge de 16 à 20 ans (OR=1,73 [1,198-2,49IC95 %]) ; habitation dans un appartement ou une villa en dur (OR=1,58 [1,234-2,02IC95 %]) ou ayant au plus deux personnes par pièce (OR=1,41 [1,15-1,74IC95 %]) ; classe de terminale (OR=2,54 [2,01-3,20IC95 %]) ; deux parents travaillant (OR=1,54 [1,25-1,88IC95 %]).
Conclusion : la connaissance de l’hépatite virale B par les élèves des écoles secondaires était insuffisante et superficielle. L’introduction précoce de son enseignement dans le programme officiel et l’amélioration des conditions sociales des élèves devraient améliorer leur niveau de connaissance.

English abstract

Aim: The purpose of this study was to assess hepatitis B knowledge among secondary school students’ in Côte d’Ivoire in order to promote the inclusion of hepatitis B education in school curricula. Materials and methods: a single cross-sectional survey involving six schools (7,376 students) was conducted. Data were collected using a self-administered questionnaire. Results: All students present on the day of the survey agreed to participate in the study (100%, n=3,352). The mean age of the participants was 17.9 years (10-26 years), with a male-to-female sex ratio of 1.68. Among them, 2,552 (76.6%) had heard of the HVB. School was the main source of information (12%), after the mass media (62%). The causative agent of the disease was known by 74.1% of students (n=2,484), sexual transmission by 39.3% (n=1316), and blood-borne transmission by 57.2% (n=1919). Respectively 29%, 40% and 41% of the students were aware that acupuncture, body piercing and tattooing are high-risk practices. Only 35.7% of the students knew that there was an effective vaccine. The factors associated with hepatitis B knowledge were: being aged 16 to 20 years (OR=1.73 [95% CI 1.198 to 2.49]), living in a permanent house or apartment (OR=1.58 [95% CI 1.234 to 2.02]) or in a house or apartment with no more than 2 persons per room (OR=1.41 [95% CI 1.15 to 1.74]), being in terminale (final year of high school) (OR=2.54 [2.01 to 3, 20IC95%]), and having two working parents (OR=1.54 [95% CI 1.25 to 1.88]). Conclusion: The students’ knowledge of the hepatitis B virus was found to be inadequate and superficial. Early awareness programs provided as part of the official curriculum and measures to improve the social conditions of students should help to improve knowledge in this area.

Santé publique n°2, mars-avril 2013 | p. 227 à 232 | publié le 26 août 2014

ACTUALITÉ

 x 

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites.