Accéder à mon espace | Nous contacter | Espace presse | S'abonner au Flash Email | Adhérer à la SFSP

 

Antennes-relais et cancer : évolution et déterminants du risque perçu par le public, 2005-2010

Résumé en Français

Cet article étudie les opinions de la population française concernant les risques de cancer que pourraient courir les personnes résidant à côté d’une antenne-relais de téléphonie mobile. Il utilise les données de deux enquêtes téléphoniques nationales représentatives, réalisées par l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé : les Baromètres Cancer 2005 et 2010. En 2005, 48,5 % des personnes âgées de 16-75 ans estimaient que vivre à côté d’une antenne-relais favorise le cancer, contre 68,9 % en 2010 (et la proportion d’indécis a été divisée par deux d’une enquête à l’autre). Cette progression est très supérieure à celle observée pour la perception des risques de cancer associés à d’autres facteurs environnementaux (centrales nucléaires, pollution de l’air, aliments traités avec des produits chimiques) qui sont plus souvent incriminés par le public. En 2005, ce risque perçu était corrélé avec le sexe, l’âge, le niveau de revenu, le type de commune de résidence et la sensibilité aux facteurs environnementaux de cancer. Toutefois, en même temps que cette perception s’amplifie, ce profil particulier s’estompe partiellement en 2010. Il est possible que la perception de ce risque cristallise à la fois des craintes diffuses et un manque de confiance à l’égard des autorités, tout en s’ancrant dans un contexte local.

English abstract

The purpose of this study was to assess risk perception related to living near a cell phone tower based on data from two national telephone surveys conducted in France in 2005 and 2010. In 2005, 48.5% of French people aged 16-75 years considered that living near a cell phone tower increases the risk of cancer, compared to 68.9% in 2010. In addition, the number of ‘don’t know’ responses decreased. The increase in risk perception was far greater than the increase in perceptions related to other potential environmental factors of cancer (nuclear power plant, air pollution, chemically-treated food). In 2005, the perceived risk of cancer due to exposure to cell phone tower radiation was correlated to gender, level of income, size of town and sensitivity to other environmental causes of cancer. However, these correlations were weaker in 2010. This risk perception may reflect non-specific fears and a lack of trust in the authorities, but is also rooted in a local context.

Santé publique n°3, mai-juin 2012 | p. 209 à 218 | publié le 26 août 2014

ACTUALITÉ

 x 

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites.