Accéder à mon espace | Nous contacter | Espace presse | S'abonner au Flash Email | Adhérer à la SFSP

 

Prendre soin des personnes après AVC : réactions émotionnelles des aidants informels hommes et femmes

Résumé en Français

Deux ans après la survenue d’un accident vasculaire cérébral (AVC), les réactions émotionnelles des aidants informels hommes et femmes et leurs répercussions sociales et psychologiques ont été analysées. 62 dyades patient (64,4 ans) / aidant informel (59,3 ans) ont répondu à domicile à un questionnaire administré par un enquêteur : 1) déficiences résiduelles de l’AVC classées selon l’American Heart Association Stroke Outcome Classification ; 2) réactions émotionnelles du ‘Caregiver Reaction Assessment’ ; 3) évolution de la répartition des activités au sein du foyer familial. Les retombées de l’aide affectent davantage les femmes que les hommes sur l’état de santé, l’organisation de l’emploi du temps et le manque de soutien familial. Les femmes se sentent « fatiguées » (50 % vs 12,5 % des hommes), ne parviennent pas à « trouver du temps pour se détendre » (35,7% vs 6,3 %) et estiment que « les autres se sont déchargés sur elles » (35,7 % vs 11,8 %). Plus qu’avant la survenue de l’AVC, elles estiment assurer les responsabilités au sein du foyer (37,5 % vs 5,9 %). En revanche, les hommes déclarent « prendre plaisir à s’occuper » des patient-e-s (93,8 % vs 67,9 % chez les femmes) et organiser plus qu’avant des loisirs tels que les vacances (29 % vs 5,6 %) et les invitations d’amis (20,6 % vs 10,5 %). L’épuisement des aidants, en particulier des femmes, les définit aujourd’hui comme une « population à risque ». Des interventions comme le trialogue et le counseling devraient permettre aux professionnels de mieux répondre à leurs besoins.

English abstract

The objective of this study was to assess the emotional response to caregiving among stroke caregivers and to assess the social and psychological impact of strokes on households two years after the event. Questionnaires were administered to 62 patient (64.4 years old)/caregiver (59.3 years old) dyads. The survey focused on: 1) residual impairments, based on the American Heart Association Stroke Outcome Classification; 2) the Caregiver Reaction Assessment (CRA – 24 items – 5 dimensions); and 3) changes in the division of household tasks (seven items). Although male and female caregivers care for patients with similar residual impairments, the study found that female caregivers were more likely to be affected by the impact of caregiving on their health and schedule and by lack of family support. Women were more likely to feel “tired all the time” (50% vs. 12.5%), to struggle to “find time to relax” (35.7% vs. 6.3%) and to feel that “others dumped caring onto them” (35.7% vs. 11.8%). Since the onset of stroke, women had also taken on more responsibilities in the household (37.5% vs. 5.9%), while men were more likely to “enjoy caring” for patients (93.8% vs. 67.9%) and to have become more involved in organizing holidays (29% vs. 5.6%) and seeing friends (20.6% vs. 10.5%). Because of the high level of exhaustion, particularly among women, caregivers are a high-risk population for the healthcare system. Interventions such as trialogue and counseling are required to meet the needs of male and female caregivers.

Santé publique n°2, mars-avril 2012 | p. 143 à 156 | publié le 27 juin 2012

ACTUALITÉ

 x 

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites.