Accéder à mon espace | Nous contacter | Espace presse | S'abonner au Flash Email | Adhérer à la SFSP

 

Facteurs sociodémographiques et prise en charge des fistules obstétricales au Sud-Est du Sénégal

Résumé en Français

L’objectif de ce travail était de décrire le profil sociodémographique et la prise en charge des femmes souffrant de fistules vésico-vaginales (FVV) au Sud-Est du Sénégal. L’étude, menée d’août 2007 à janvier 2008, concerné les femmes consultant pour FVV au niveau des hôpitaux régionaux de Tambacounda et de Kolda. Les données, recueillies par des interviews sur la base d’un questionnaire, ont ensuite été saisies puis analysées avec le logiciel Epi Info version 3.3.1. Les patientes, âgées en moyenne de 24 ans à la survenue de la FVV, étaient en majorité de la zone rurale (86 %), analphabètes (89 %), et excisées (93 %). La principale cause évoquée était la longue durée du travail (42 %). Les femmes déclaraient plus souvent après la FVV qu’avant, ne pas avoir d’activité génératrice de revenu (84 % vs 22 %) et une situation de divorces (19 % vs 2 %). De même, ont été notés, des troubles psychologiques (62 %), un repli sur soi (22 %), un abandon par l’entourage (16 %) ou par le mari (7 %) et une réduction de l’efficacité des activités ménagères (4 %). Le délai moyen entre la survenue de la FVV et la première consultation était de 50,7 mois (± 55,3). L’évolution de la FVV a permis de distinguer ; 44 % d’attentes de traitement chirurgicale, 35 % d’échecs opératoires, 14 % de guérisons, 6 % d’interventions chirurgicales récentes et 1 % de récidives. Une bonne accessibilité des services est nécessaire pour le traitement ; mais une qualité des soins obstétricaux et une meilleure sensibilisation de la population sont les priorités pour la prévention de la FVV au Sud-Est du Sénégal.

English abstract

The objective of this study was to examine the socio-demographic profile and treatment of women suffering from obstetric fistula (OF) in southeastern Senegal. Conducted between August 2007 and January 2008, the study focused on women treated in regional hospitals in Tambacounda and Kolda. The data were collected using questionnaire-based interviews and analyzed using the Epi Info 3.3.1 software package. The patients (mean age of occurrence of OF: 24) were mostly from rural areas (86%), illiterate (89%), and excised (93%). The main cause of the condition cited by the participants was long working hours (42%). The study found that the participants were more likely to have no income-generating activity (84% compared to 22%) and to be divorced (19% compared to 2%) after (as opposed to before) the OF. The study also highlighted the prevalence of psychological disorders (62%), withdrawal (22%), abandonment by friends and/or family (16%) or by the husband (7%), and decreased effectiveness in household chores (4%). The average time between the occurrence of OF and the first consultation was 50.7 (± 55.3) months. The study found that 44% of the participants were waiting for an operation, 35% had undergone unsuccessful surgery, 14% had been treated and cured, 6% had recently undergone surgery, and 1% had suffered a recurrence. Good access to services was found to be necessary for effective treatment, although high-quality obstetric care and increased awareness were identified as the most important factors for the prevention of OF in southeastern Senegal.

Santé publique n°Hors-Série, avril-mai 2012 | p. 47 à 54 | publié le 26 août 2014

ACTUALITÉ

 x 

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites.